Prix Goncourt des Fougères 2012 à Thierry Beinstingel pour « Ils désertent » [Coups de coeur des lecteurs]

26 10 2012

Ils désertent, de Thierry BEINSTINGEL

Elle, est une jeune commerciale qui en veut et grâce à son nouveau travail, promue chef des ventes, elle décide d’acheter un appartement à crédit, vide et neuf, dans une résidence vide et neuve, sans humanité. Sa première mission, dans ses nouvelles fonctions, est de se débarasser de « l’ancêtre ». C’est le surnom donné à un de ses collègues, le plus vieux représentant de la boîte. Il sillonne toujours les routes de France, la clope au bec, pour vendre du papier-peint à une clientèle qui lui est fidèle. Il est aussi, en secret, amoureux de Rimbaud, commis-voyageur, comme lui.

Jolie fable aux personnages profonds, de générations et de personnalités différentes mais attachants l’un et l’autre. Réflexion sur la façon de travailler aujourd’hui, nos motivations, le confort matériel recherché, le confort de vie et aussi la solitude des villes… L’auteur utilise un type de narration original : quand l’auteur parle à la jeune femme, il utilise le tutoiement, et le vouvoiement quand il s’agit de l’homme. Cela donne à la fois une distance et une intimité.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :